Orginelle

Media

By Emma Brancatisano, HuffPost Australia 

June 7, 2017

What I find women saying to me is, 'I want choice'. They want options. They don't want to regret not doing something. But often they have an unrealistic expectations of what eggs can do.

In 2017, more Australian women are having children later in life. In two generations, the average age of a childbearing mother has risen from 25 to 31.

And for some, thanks to the evolution of such technologies as rapid egg freezing, this comes at a point in their life that they may prefer. A potential pregnancy put on hold.

While the reasons for this are many -- illness, career prospects or being without a partner, to name a few -- fertility experts warn that these changes stand in the face of a hard, rigid biological truth.

Read more

By Catherine Handfield, La Presse

May 13, 2013

Egg freezing is booming. Vitrification, a rapid freezing technique, has drastically increased the survival chances of thawed eggs. Used mainly for medical reasons, this method is also popular with women who feel caught by the ticking of the biological clock, and is offered by Dr. Seang Lin Tan and other fertility specialists in Montreal.

La congélation d’ovules est en plein essor. La vitrification, technique de congélation rapide, a changé la donne, en augmentant radicalement les chances de survie des ovules décongelés. Surtout utilisée pour des raisons médicales, cette méthode est aussi prisée par des femmes qui se sentent rattrapées par le tic-tac de l’horloge biologique. Portrait d’une tendance qui ne fait pas que des adeptes.

Être mère… mais pas tout de suite

Depuis 2005, une soixantaine de femmes ont fait congeler leurs ovules pour des raisons personnelles au Centre de reproduction McGill. Une douzaine l’ont fait au Centre de reproduction de Montréal, clinique privée du Dr Seang Lin Tan.

Read More

By Catherine Handfield, La Presse

September 21, 2012

Most fertility clinics no longer practice in vitro fertilization using a woman’s own eggs if she is more than 43 years old. One clinic continues to do so: OriginElle (the Montreal Reproductive Centre).

Thomas, 3 mois, gazouille sur son tapis d’éveil au milieu du salon. Une table à langer trône dans la cuisine. Sur la commode traînent quelques jouets, des vêtements de bébé, de petits souliers.

Cette maison du quartier Sainte-Rose, à Laval, pourrait être celle de n’importe quel couple de trentenaires. Sauf que la propriétaire, Louise De Bellefeuille, a eu 30 ans il y a longtemps déjà.

Au Québec, de plus en plus de femmes ont des grossesses tardives. L’an dernier, plus de 2500 femmes de 40 ans et plus ont eu un enfant, dont 107 femmes de 45 ans et plus. C’est deux fois plus qu’il y a 10 ans.

Depuis deux ans, la plupart des cliniques de fertilité ne pratiquent plus de fécondation in vitro avec les propres ovules des femmes de plus de 43 ans. Une clinique continue de le faire: le Centre de la reproduction de Montréal [OriginElle].

Le Centre de la reproduction de Montréal [OriginElle], boulevard Décarie, continue toutefois de traiter les femmes de tout âge «en fonction de chaque situation», explique son directeur médical, le Dr Seang Lin Tan.

Le Dr Tan souligne que l’âge n’est pas l’unique critère pour évaluer la fertilité. Les taux d’hormones et le nombre de follicules importent aussi, dit-il. «Ça vaut la peine d’essayer. Même si le traitement ne fonctionne pas, ces femmes auront au moins tenté le coup et ce sera ensuite plus facile pour elles d’accepter le don d’ovules.»

Read more