Trois femmes sur quatre commençant un traitement de fertilité seront enceintes d’ici cinq ans

Une importante étude démographique rend cette prédiction fiable à long terme dès le début du traitement.

Helsinki, le 6 juillet 2016: Trois femmes sur quatre débutant un traitement pour être fertile seront enceintes d’ici cinq ans suite au traitement ou à la période suivant immédiatement la conception naturelle de l’enfant. Les chiffres émanent d’une étude à grande échelle analysant les actes de naissances d’environ 20 000 femmes suivant un traitement pour être fertile au Danemark entre 2007 et 2010.

La majorité de ces femmes (57%) ont eu leur enfant suite au traitement mais une proportion significative (14%) ont conçu naturellement sans traitement. Plus de la moitié (57%) ont eu des enfants dans les deux ans suite à la conception naturelle.

Le Danemark est l’un des rare pays au monde où une telle étude peut être réalisée, avec les registres complets liant tous les traitements pour avoir des enfants (incluant l'insémination intra-utérine) à toutes les naissances d’enfants, et donc donnant des résultats suffisamment importants pour un pronostic fiable. Le présentateur de l'étude à Helsinki, le Dr Sara Malchau de l’Hôpital de l’Université de Copenhague à Hvidovre au Danemark  a dit: “Nous sommes maintenant capables de fournir aux couples un pronostic fiable, clair, stratifié en fonction de l’âge et sur le long terme”.

Cette analyse a compté 19 884 femmes qui ont été suivi dans leur grossesse pendant deux, trois et cinq ans. Les résultats ont montré qu'après deux ans,  57% des femmes avaient eu un enfant, 46% d’entre elles avaient conçu par FIV et  cette méthode de conception était leur premier traitement pour être fertile. Cependant, 34% de toutes ces femmes ont conçu après une insémination intra-utérine, cette méthode de conception était leur premier traitement pour être fertile. Bien que les taux de natalité aient augmenté cumulativement au cours de la période de l'étude réalisée sur cinq années; passant de 65% après trois ans à 71% après cinq ans, ceux-ci n’augmentent pas suite à une IUI quand le traitement se poursuit au-delà de deux ans (lorsque la plupart des patients ont décidé de remplacer l’IUI par une FIV). De plus, 16,6% des femmes commençant un traitement avec l’IUI ont eu un bébé après cinq ans mais non suite au traitement mais à la conception naturelle.

Une analyse plus approfondie a montré, comme entendu, que l’âge était le plus important facteur de succès. Au bout de cinq ans, les taux de natalité étaient de 80% pour les femmes ayant moins de 35 ans, 60,5% pour celles âgées entre 35 et 40 ans et 26% pour celles ayant 40 ans et plus.

“Les patientes étant stériles ont deux questions majeures: quelles sont nos chances d’avoir un enfant, quand est-ce que cela arrivera?” dit le Dr Sara Malchau. Ces résultats nous aident à fournir de l’information concrète basée sur leur âge et leur chance de concevoir naturellement.

“Globalement, les chances d’avoir un enfant vivant sont bonnes mais les traitements efficaces prennent du temps. Les couples auront souvent besoin de plusieurs cycles de traitement. Par ailleurs, même s’il y a plus de chance d'être enceinte suite aux traitements, il y a toujours une chance de concevoir naturellement”.

Le Dr Malchau a expliqué que les conceptions naturelles après ou entre les traitements sont rencontrées à n’importe quel âge mais sont plus communes pour les femmes ayant moins de 35 ans commençant une IUI. Après les cinq années suivant le premier traitement, 18% de ces femmes ont eu des enfants suite à une conception naturelle, alors que seulement 8% de ces femmes les ont eu après 35 ans suite au commencement d’une FIV. En commentant les résultats de l’IUI, le Dr Malchau a noté que l’IUI est généralement offerte (au moins au Danemark) aux couples ayant une stérilité anovulatoire, inexpliquée ou dû à l’homme, que celle-ci est peu sévère et dont le pronostic est relativement bon. “L’IUI est une alternative plus agréable pour les patients et moins chère comme traitement antirétroviral” dit-elle. “Cependant, ce n’est pas si efficace comme technique de traitement antirétroviral, seulement 34% des couples commençant une IUI conçoivent réellement avec l’IUI et 38% changent de technique de traitement antirétroviral. Mais au bout de deux ans, le taux de naissances pour les couples commençant une IUI est plus élevé que pour ceux commençant une traitement antirétroviral à cause de la sélection des patients et un meilleur pronostic.

Le Dr Malchau a décrit les résultats comme solides et réalistes, en se basant sur chaque cycle de traitement, chaque naissance et susceptibles d'offrir un pronostic à long terme pour chaque couple commençant un traitement pour être fertile. "A ce stade," a t-elle expliqué, "les couples n’ ont aucune idée du nombre de traitements qu’ils auront besoin ou qu’ils ont. Ainsi, un pronostic basé sur des points fixes dans le temps reflète mieux leur perspective de conception et d’accouchement de la livraison que les taux de natalité après plusieurs tentatives."

Résumé O-250, Mercredi 6 Juillet 2016, 10.45, pronostic à long terme des naissances après des traitements antirétroviraux,des inséminations intra-utérines et des conceptions naturelles chez les femmes débutant un traitement avec des gamètes homologues - Une étude de la cohorte nationale danoise.

L'histoire jusqu'ici

1. Il y a un débat continue sur la meilleure façon de mesurer le «succès» dans le traitement de la fertilité. Un point de référence couramment utilisé ‘’le taux de grossesse par transfert d’embryons” est maintenant largement considéré comme inapproprié, peu en rapport avec l'objectif quotidien du traitement. Même les études sur plusieurs cycles de traitement sont confuses avec la définition de «cycle» (frais et / ou congelés) et peuvent ne pas être en mesure de fournir une prévision précise des accouchements.

2. Certains considèrent aussi que beaucoup d’ études sur la fertilité (qui peuvent être utilisés pour prévoir les taux de réussite) sont relativement modestes et en fonction des patients spécifiquement sélectionnés, dans laquelle la mesure du «succès» a peu de points communs avec les traitements quotidiens.

3. Cette étude est basée sur des données «registre», et comprend toutes les femmes sur une période de temps à partir du traitement (y compris l’IUI), le changement de traitement et l’abandon. Peu de ces études ont été (ou peuvent être) faites, et ces résultats fournissent une base réaliste pour prédire avec précision.

Par exemple, une autre étude de cohorte récente (réalisée à partir de la base de données HFEA) ne comprend pas les accouchements après la conception par IUI ou naturelle.

Smith ADAC, Tilling K, Nelson SM, et al. Live-birth rate associated with repeat in vitro fertilization treatment cycles. JAMA 2015; 314: 2654-2662.

Quand il a été demandé d’obtenir des commentaires extérieurs, il a été demandé aux journalistes de s’assurer que leur contacts sont conscients de la déclaration de cette publication.

Pour davantage de renseignements sur les détails de ce communique de presse, contactez:

Christine Bauquis at ESHRE

Mobile: +32 (0)499 25 80 46


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contact Our Doctor